Le boldu

Le boldu

« Le boldu croît naturellement dans les forêts du Pérou. Il n’a point encore été apporté en Europe mais il est probable qu’on pourrait l’y cultiver, avec quelques précautions » Encyclopédie méthodique d’agriculture, 1791


Extension du pipeau artistique

Publié par le boldu - blog littéraire sur 23 Février 2016, 14:32pm

Catégories : #Textes, #Pensées

Cet article peut être lu comme un prolongement du post : Sur la conceptualisation en art

Cette année, comme chaque rentrée, ils ont installé des œuvres d'art dans le parc municipal à côté de chez moi. Pendant la mise en place, ils ont dressé des barrières tout autour, pour qu'on ne perturbe pas les œuvres pendant la phase d'installation (phase de haute inspiration, on l'imagine). Sans doute aussi pour bien délimiter dans l'imaginaire des usagers l'aire non "négociable" des œuvres. Il est bien spécifié sur les panneaux descriptifs : les œuvres sont fragiles, atemporelles, et ne souffrent pas l'appui d'une promiscuité juvénile trop prolongée. Le gardien du parc, lui, est dans tous ses états. Les enfants sont évidemment très intrigués. Comme chaque année, ils se demandent si c'est du lard ou du cochon. Tentacules végétaux de branches mortes qui s'étiolent le long d'une palissade en treillage. Assemblages de bouteilles d'eau échafaudées en une pyramide écologique. Tapis de feuilles mortes recomposé dans les arbres façon "fanions tibétains". L'art est au rendez-vous, n'en doutons pas... Les enfants rodent autour en se demandant lequel a pu avoir l'insigne honneur de laisser son témoignage digne d'un atelier d'arts plastiques pour CE2. C'est un jeune intellectuel binoclard qui s'est occupé de mettre en place les œuvres. Il n'a pas l'air de pouvoir faire de mal à une mouche, mais pas non plus conscient du potentiel de nuisance que peut présenter la fréquentation trop régulière de ces œuvres. C'est l'extension du domaine du pipeau, comme aurait dit Michel Houellebecq. Les candidats ont été tenus de proposer un projet qui soit en accord avec les convictions écologistes de la mairie. Bio-éthique, matériel de récupération, gauchisme de bon ton présentant une nature préservée mais tout de même domestiquée par l'homme. Le gardien, quant à lui, ne sait plus où donner de la tête. Dire qu'il va devoir surveiller pendant plusieurs mois encore les éventuels égarements des enfants du parc dont il a la garde. Notre société, elle, ne surveille plus depuis longtemps les siens.

Extension du pipeau artistique
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents