Le boldu

Le boldu

« Le boldu croît naturellement dans les forêts du Pérou. Il n’a point encore été apporté en Europe mais il est probable qu’on pourrait l’y cultiver, avec quelques précautions » Encyclopédie méthodique d’agriculture, 1791


Micostrium vulgaris

Publié par le boldu - blog littéraire sur 4 Février 2016, 14:21pm

Catégories : #coupures presse

Micostrium vulgaris

Localisation : il fut découvert dans les eaux marécageuses de l’embouchure du Sewa, en Sierra Leone, le 11 janvier 1938.

Caractéristiques : Squelette interne de type osseux, avec une protection extérieure semblable aux lamellibranches. (L’exemplaire photographié correspond à un mâle adulte.)

Mœurs : animal grégaire. Il vit en colonies variables (de 6 à 30 individus). Extrêmement sociable, il ne fuit pas le contact de l’homme avec lequel il se montre affectueux et primesautier. La voix humaine l’énerve, ce qui oblige à l’approcher en silence. A remarquer : le fait qu’il utilise des « armes » pour attraper les poissons dont il se nourrit. La parade nuptiale est particulièrement curieuse. Le mâle poursuit la femelle trois jours durant en émettant un cri caractéristique : « Criiia-Cluc » (auquel elle répond en faisant des sauts verticaux et en tournant sur son axe principal). Le quatrième jour, la femelle s’introduit complètement dans la coquille du mâle ; l’accouplement dure trois secondes. Pendant ce laps de temps, la coquille du mâle émet des radiations lumineuses intenses, d’un ton bleu blanchâtre, ce qui en fait un objectif facile pour les oiseaux prédateurs. Les individus plus âgés de la colonie sont tués à coup de bâton par les plus jeunes et sacrifiés aux déprédateurs. Aucun cas de cannibalisme n’a été observé.

Ce spécimen a été présenté lors de l'exposition de Joan Fontcuberta, Camouflages (2014), à la Maison de la photographie.

Commenter cet article

Archives

Articles récents