Le boldu

Le boldu

« Le boldu croît naturellement dans les forêts du Pérou. Il n’a point encore été apporté en Europe mais il est probable qu’on pourrait l’y cultiver, avec quelques précautions » Encyclopédie méthodique d’agriculture, 1791


Au crédit agricole

Publié par le boldu - blog littéraire sur 28 Juin 2016, 13:18pm

Catégories : #Textes

Au crédit agricole

Dans ma ville, ils ont refait complètement le crédit agricole. Ils ont choisi le parti de la transparence. Vu du dehors, pour peu qu'on se colle la tête contre la vitre, on voit tout ce qui se passe à l'intérieur. Les arcanes du crédit agricole vous sont ainsi dévoilées. J'avais déjà un doute sur le fait que le directeur de l'agence jouait au solitaire sur internet. Me voilà confirmé. Quant à l'élégante chargée de clientèle qui m'a refusé trois fois un crédit l'année dernière, je sais désormais à quoi elle passe ses journées. C'est aussi ça la transparence. Parce que le monde bouge. Comme il s'agit de ma banque familiale depuis des générations, je risque tout de même un oeil à l'intérieur. Dedans, c'est tout propret, ça fait penser à un décor de sitcom, il y a des petites tablettes avec des i-pads, des machines à expresso dernière génération, des hôtesses d'accueil qui vous attendent derrière des tables gigognes remplies de bordereaux de remise de chèques. Une banque qui donne envie d'agir.

Certaines personnes entrent pour reluquer, histoire de voir (des fois qu'il y aurait quelque chose à grappiller). Les employées sont affables. On ne s'inquiète pas que l'un ou l'autre client soit interdit bancaire. Les coffre-forts n'existent plus. Les comptes bancaires, non plus. En fait, il n'y a plus rien. Dans le fond, la porte du patron de l'agence s'ouvre et se referme comme la porte battante de cuisine d'un grand restaurant. Trompe-l'oeil ? Fausse salle des marchés déguisée en sanitaires pour le personnel ? Non, la porte s'ouvre sur la vision d'une petite cour à l'arrière de l'agence, avec des chaises réunies autour d'un cendrier. De là, il semble possible de gagner les artères du centre ville. Les coulisses du crédit agricole semblent ouvertes à quiconque voudrait venir y faire un casse assez peu juteux. A l'intérieur, les automates à billets clignotent comme des machines à sous de casino. Dans un miroir latéral, une employée retouche son maquillage avec l'expression gênée de quelqu'un qui ne voudrait pas trop qu'on la remarque.

Commenter cet article

Archives

Articles récents